B 2 B eBusiness

Antonio Fiori

Spread the love

Sur les degrés du vestibule, un laquais de la cour, en livrée rouge, s’entretenait gravement avec le premier postillon, immobile sur son cheval, fier de sa veste rouge à brandebourgs, de sa culotte safran, de ses bottes de poste, de son fouet orné de poils de blaireau qu’il tenait appuyé sur sa cuisse, et tous deux, par momens, sans tourner la tête, jetaient un regard protecteur sur le fretin pendu aux grilles. L’impression produite au palais fut tout de suite fâcheuse. Disons provisoirement que c’est de l’instinct virtuel, entendant par là qu’à l’extrémité d’une autre ligne d’évolution, dans les sociétés d’insectes, nous voyons l’instinct provoquer mécaniquement une conduite comparable pour son utilité, à celle que suggèrent à l’homme, intelligent et libre, des images quasi hallucinatoires. La compétence des dirigeants de l’Union européenne ne saurait en effet leur autoriser la formulation d’une telle ambition, dans la mesure où celle-ci exigerait l’élaboration d’un nouveau traité – une boîte de Pandore que nul n’est prêt à ouvrir, d’autant plus que les électeurs européens ne semblent pas d’humeur à conférer encore davantage de pouvoir à Bruxelles. Néanmoins, les résultats d’un stress test sont toujours fortement conditionnés par son calibrage (réalisé conjointement avec l’EBA et l’European Systemic Risk Board – ESRB) et par les scénarios de stress retenus (a-t-on suffisamment « stressé » le chômage, la déflation ? Faut-il y voir le signe d’une mécanique qui ne prend pas. Les coupables gardent aujourd’hui même devant nos lois un certain nombre de droits ; ils conservent tous ces droits dans l’absolu (pour qui admet un absolu) : de même qu’un homme ne peut pas lui-même se vendre comme esclave, il ne peut s’enlever lui-même cette sorte de titre naturel que tout être sentant croit avoir au bonheur final. Selon les simulations les plus précises, la perte de recettes fiscales serait de 2 milliards d’euros sur les 14 milliards actuellement collectés sur les ventes du tabac. Sous cette forme brève, faite pour le trait, il n’est guère de sujet qu’ils n’aient tenté. bien au contraire ! La Palice n’aurait pas dit mieux : si les hommes ne sont pas heureux, les résultats ne sont pas là. Ce n’est pas seulement notre passé à nous qui se conserve, c’est le passé de n’importe quel changement, pourvu toutefois que nous ayons bien affaire à un changement unique et, par là même, indivisible : la conservation du passé dans le présent n’est pas autre chose que l’indivisibilité du changement. Mais on voyait surtout — et c’était là l’important — que le nouveau maître avait une recette qui le différenciait du prédécesseur qui venait de vider les lieux, et du successeur qui tournait déjà le coin de la rue. Lors de son audition face aux députés européens, le nouveau Commissaire européen en charge de la pêche, Karmenu Vella, a affirmé sa volonté de continuer d’œuvrer à l’exploitation du plein potentiel de l’aquaculture. La taille du fonds souverain mondial doit être suffisamment importante, entre 500 et 1 000 milliards de dollars, pour satisfaire les besoins de capitaux de long terme. Tout se lie, tout se coordonne merveilleusement dans l’économie des œuvres de la nature : elle donne à la fois la supériorité intellectuelle et les instruments mécaniques que doit manier l’intelligence. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « L’alcool est blanc mais rougit le visage, l’or est jaune mais noircit le cœur ». Les évolutions démographiques et économiques différenciées, les structures hétérogènes du patrimoine bâti, les aspirations des ménages, les paramètres varient très largement du nord au sud du pays et invalident la définition exogène d’une politique d’en haut sans participation des territoires : des marées de pavillons bas de gamme se déploient dans des petites villes dont le centre périclite parce que les mécanismes de financement favorisent à tort l’extension urbaine, des villes moyennes comme Montauban voient surgir les immeubles « Scellier » sans locataires, la rénovation urbaine des grands Il n’est jamais rémunéré ; personne n’en tient compte, ni ceux au profit desquels il est accompli, ni les gens qui payent les salaires de ceux-là, ni les économistes qui expliquent pourquoi il y a des salaires. À la vérité, ce ne sont là que des lambeaux et des restes de persécution, et on peut les regarder non comme une indication du désir de persécuter, mais bien plutôt comme un exemple de cette infirmité très-fréquente chez des esprits anglais, qui leur fait prendre un plaisir absurde à affirmer un mauvais principe quand ils ne sont plus assez mauvais pour désirer réellement le mettre en pratique. D’où les redoutables problèmes sociaux, politiques, internationaux, qui sont autant de définitions de ce vide et qui, pour le combler, provoquent aujourd’hui tant d’efforts désordonnés et inefficaces : il y faudrait de nouvelles réserves d’énergie potentielle, cette fois morale. Il est vrai que l’exorbitante prépondérance maintenant accordée aux intérêts matériels a trop souvent conduit à comprendre cette liaison nécessaire de façon à compromettre gravement l’avenir scientifique, en tendant à restreindre les spéculations positives aux seules recherches d’une utilité immédiate. Au contraire le mysticisme ne dit rien, absolument rien, à celui qui n’en a pas éprouvé quelque chose. Une vision que ne partagent pas ses défenseurs de sensibilité moins libérale. La marche de toute la physique serait singulièrement entravée si nous ne possédions ni une substance solide et transparente, comme le verre, ni un métal liquide aux températures ordinaires, comme le Mercure : ce qui ne veut pas dire qu’il faille, dans une critique des sources de la connaissance humaine, assigner un rôle fondamental à ces propriétés spécifiques et très-particulières, qui donnent, dans la pratique industrieuse des expériences, une importance très-grande au verre et au Mercure. Mais pourquoi faut-il que ce qui se gagne en vitesse, en surface, se trouve si souvent perdu en force et en profondeur ?

Archives

Pages